MÉDIAS

Il existe divers médias magiques dans l’univers des sorciers de Québec, mais deux se démarquent dans la région de Québec:

 

L’Escogriffe - Journal polémiste tenu par des sangs-purs de la région de Québec.  On soupçonne qu'il est infiltré par les Malins. Reconnu pour être issu de l’antique organisation des Sorcier-de-la-souche, il est fortement opposé aux actions progressistes et approche les nouvelles avec une mauvaise foi à peine dissimulée.

 

Grimoire de Québec - Journal populaire et respecté au sein de la SSQ. C’est le quotidien le plus lu dans la population magique québécoise. Afin de servir tous les clans, on peut y lire des articles dans les trois langues officielles de Fort-Diamant: français anglais et wendat.

 

Récemment, nous avons pu assister à un échange musclé dans les deux médias, en lien avec le Décret d’ouverture. En voici les grandes lignes:

Le Sage-Sénat annonce Le Décret d’Ouverture

 

Depuis plusieurs années déjà, les actions de moins en moins subtiles de Celui-qu’on-nomme-le-Diable, frappent l’imaginaire des membres de la Société des Sorciers du Québec. Les spéculations sur ses intentions fusent de toutes parts, selon l’allégeance à l’un ou l’autre des clans de Fort Diamant.

 

Le Sage-Sénat et les hauts responsables du ministère de la Sorcellerie jugent qu’il serait nuisible de faire du déni par rapport aux visées nihilistes des praticiens des arts obscurs. Dans la dernière décennie, les terribles événements survenus en Europe l’ont bien démontré: les êtres maîtrisant le côté facile, mais combien puissant de la magie noire, finissent toujours par vouloir asservir l’ensemble de la population à leur volonté.

Dans cet esprit, le Grand Mestre de Fort Diamant, Elzéar Longuebarbe, a milité pour la prise d’actions musclées afin que de tels événements ne se reproduisent pas de ce côté-ci de l’Atlantique. Devant l’inaction du Ministère, le directeur de l’école de Frontenac a réuni le Sage-Sénat en urgence. On dit que la réunion fut houleuse, mais toujours est-il qu’une décision d’une importance inégalée fut votée, à la faveur de 7 sénateurs contre 6.

Malgré la faiblesse de ce vote, la motion demeure valide et légale. Par conséquent, dès la semaine prochaine, cet édit sera publié dans tous les journaux Pas-Sorciers de la province:

 

Le Québec, ainsi que les terres autochtones, sont et ont toujours été des terres de légendes. Or, plusieurs de celles-ci ne sont pas des fabulations. Plusieurs sont, en fait, bien réelles. Celui-qu’on-nomme-le-Diable existe concrètement. Bien des familles québécoises ont vu de leurs descendants subtilisés par le Malin et ses suppôts, mais ces événements furent tus par voie magique. 

Oui, vous avez bien lu, la magie existe. Sans que vous ne vous en rendiez compte, des organismes secrets veillent sur votre protection depuis le début des temps. La Société des Sorciers du Québec opère dans la province depuis les débuts de la colonie et le Cercle Shamanique veille depuis encore plus longtemps. 

Jusqu’ici, seuls les membres issus de familles initiées aux arts mystiques pouvaient accéder à l’enseignement magique. Or, vous avez en la ville de Québec la plus ancienne école de magie d’Amérique du Nord. Située dans les entrailles du Château Frontenac, elle contient aussi les officines du ministère paragouvernemental de la Sorcellerie.

Vous comprendrez ainsi aisément pourquoi ce lieu a eu une place importante dans notre histoire et que les chefs des grandes nations s’y sont rencontrés par le passé, comme lors de la deuxième guerre mondiale où Churchill, MacKenzie King et Roosevelt s’y sont rencontrés. En parallèle, leurs ministres de la magie y ont fait conseil pour contrer la menace qui planait sur l’Europe. 

N’en voulez pas aux pouvoirs en place, car peu connaissaient l’existence de notre société, protégée par un pacte de secret centenaire. Mais voilà que de récents événements nous amènent à croire que de grands périls menacent non seulement les habitants de la province, mais aussi tous nos confrères humains. C’est pourquoi, afin de contrer l’ascension de Celui-qu’on-nomme-le-Diable, le Sage-Sénat, un conseil des membres les plus influents de la Société des Sorciers du Québec, a décidé d’ouvrir ses portes aux personnes issues de familles non-magiques.

Contrairement à la tradition, où l’on prend les enfants en jeune âge pour débuter leur formation, nous accepterons les potentiels sorciers de tout âge.

Si vous croyez que cette société vaut la peine d’être protégée, joignez vous à l’armée d’Elzéar Longuebarbe, Grand Mestre de Fort Diamant, afin de protéger l’équilibre de notre monde.

Mystiquement vôtre,

Le Sage-Sénat

Ouvrir la boîte de Pandore

 

C’est avec effroi et colère que les journalistes de l’Escogriffe ont appris que le Sage-Sénat, groupe élitiste infiltré par des magico-marxistes, a voté le Décret d’Ouverture. Cette loi odieuse permettra aux Sang-de-Bouette de tout acabit de joindre nos rangs, d’accéder à notre savoir millénaire, gardé précieusement par les divers clans des écoles de sorcellerie aux quatre coins du globe. 

Le Grand Mestre de Fort Diamant, Elzéar Longuebarbe, connu pour ses positions progressistes, a dirigé ce tour de force. Des sources proches du Ministère de la Sorcellerie nous ont informé que des sortilèges de Tiboss eurent été nécessaires pour faire passer cette aberration auprès du Sage-Sénat.

L’Escogriffe s’oppose fortement au Décret d’Ouverture car, en plus de briser le Secret Magique, il nous prive d’un élément qui a toujours fait notre force: l’ignorance des Pas-Sorciers.

Nous encourageons fortement les professeurs de l’école Fort Diamant à poursuivre leurs tractations afin de réduire à néant les intentions du Grand Mestres et de ses alliés au sein du Ministère et de l’École.

(2e article de l’Escogriffe, date ultérieure)

 

Une alliance des Sorciers-de-Souche et du Cercle Shamanique pour contrer le Décret d’Ouverture.

 

Suite à l’application de l’odieux Décret d’Ouverture, la direction de l’Escogriffe ne peut qu’encourager l’alliance des objecteurs de conscience issus des Sorciers-de-la-Souche et du Cercle Shamanique. Il va de soi qu’une résistance s’organise pour contrer l’afflux de nouveaux usagers des arts mystiques, la plupart des Sang-de-Bouette.  Nous croyons que, malgré les dire des Chevaliers de l’Aube, les magiciens existants suffisent amplement à endiguer les aspirations de Celui-que-l’on-nomme-le-Diable.

Tous ces Sang-de-Bouette ne peuvent qu’affaiblir les forces déjà en place. Imaginez toutes les ressources qui devront être déployées pour empêcher les apprentis-sorciers qui déambuleront dans les rues de notre mémorable cité. De plus, les ressources en éducation risquent d’être débordées par ce cortège d’incompétents disgracieux, sans compter que cela nuira forcément à la formation des Sorciers et sorcières de bonnes familles. 

Par chance, nous disposons toujours des efforts soutenus des professeurs dévoués à notre cause, au sein même de l’école Frontenac.

N’hésitez pas à nous envoyer vos opinions. Ainsi, au moins, nous avons encore une section de notre quotidien non-contaminée par les Pas-Sorciers et les Sang-de-Tourbe, qui usent encore de leur ridicule poste.

© 2019 par Les Productions Ô Marius inc.